Rechercher

Communiqué de presse: le 4 mai, 2021

RÉACTION À LA POSITION DU GOUVERNEMENT SUR LES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION SPÉCIALE SUR LES DROITS DES ENFANTS ET LA PROTECTION DE LA JEUNESSE


Montréal (Québec) - C.A.R.E. Jeunesse supporte l'initiative du gouvernement de mettre sur pied un comité chargé de veiller à la mise en œuvre des recommandations de la Commission Laurent. Il sera crucial pour le comité d'intégrer les voix de ceux qui fournissent des services de protection de la jeunesse et les voix des enfants, des jeunes et des familles qui reçoivent ces services. Des consultations continues sont nécessaires pour s'assurer que l'application des recommandations réponde aux besoins de ceux qui sont directement touchés par ces recommandations.


C.A.R.E. Jeunesse est ravi d'apprendre que le gouvernement va étendre le soutien aux jeunes qui quittent le système de protection jusqu'à l'âge de 25 ans, mais le type de soutien doit être adéquat. La prolongation du programme PQJ existant n'est pas suffisante !


C.A.R.E Jeunesse recommande que le gouvernement consulte les organisations qui s'occupent des jeunes qui quittent le système de protection de la jeunesse, comme C.A.R.E Jeunesse, et qu'il fournisse un soutien à ces organisations afin que les jeunes qui quittent le système de protection aient vraiment une voix et soient au centre des décisions et des interventions, ce que la Commission et le ministre Carmant ont déclaré être essentiel.


De plus, M. Carmant semble croire que la mise en place de services de prévention permettra de réduire la charge de travail des intervenants en protection de la jeunesse. Il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que cela se produise aussi rapidement qu'il le croit. Le gouvernement doit garder à l'esprit que pour servir les enfants et les familles les plus vulnérables de la société, il faut des travailleurs de première ligne. Bien que le gouvernement ait apporté un certain soutien aux agences de protection de la jeunesse, ce n'est pas suffisant pour faire face à la crise actuelle. Les besoins des travailleurs de première ligne doivent être prioritaires.


Enfin, le ministre Carmant a déclaré aujourd'hui que les jeunes ont été autorisés à rester en placement pendant la pandémie. Ce n'est tout simplement pas le cas. Nous avons entendu régulièrement de la part de nos membres, tout au long de la pandémie, que les jeunes ont été forcés de partir lorsqu'ils ont atteint l'âge de la majorité.


Il est clair que M. Carmant croit que l'article 64.1 de la Loi sur la protection de la jeunesse, qui est censé permettre aux jeunes de rester dans leur placement, est suffisant. Ce n'est pas le cas et nous implorons le ministère d'établir un moratoire sur les départs forcés comme l'ont fait toutes les autres provinces du pays. Il doit prendre des mesures immédiates pour s'assurer que les agences de protection de la jeunesse comprennent et appliquent cet article conformément à ce que dit le ministre. L'expérience nous a montré à maintes reprises que ce n'est pas toujours le cas.


-30-


__________________________________________________________________________________


CARE Jeunesse est une organisation provinciale, bilingue et sans but lucratif qui se consacre à la création d'une communauté de soutien pour les jeunes pris en charge et les anciens jeunes pris en charge. Fondé par d'anciens bénéficiaires de soins qui ont fait l'expérience directe du système de protection de la jeunesse, l'organisme vise à aider les jeunes après qu'ils aient quitté les soins.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Nous embauchons!

C.A.R.E. Jeunesse est à la recherche d'un directeur(trice) exécutif. Postulez aujourd'hui!

Communiqué de presse: le 3 mai, 2021

EN RÉPONSE AUX RÉSULTATS DE LA COMMISSION SPÉCIALE SUR LES DROITS DE L'ENFANT ET LE BIEN-ÊTRE DE L'ENFANT Montréal (Québec) - C.A.R.E. Jeunesse se réjouit du large éventail de recommandations formulée